GIF - 2 ko
Seid froh, dieweil

Pour Luther, « Dieu annonce l’Évangile aussi par la musique », l’Évangile c’est-à-dire la Parole incarnée en Jésus-Christ. Luther veut mettre le Christ au centre du culte, c’est pourquoi il fait composer de nouveaux chants prêchant l’incarnation, la croix et la résurrection. Ce sont les chorals luthériens. Les textes sont répartis en strophes. Ils sont chantés d’abord à l’unisson, puis à quatre voix. Dans l’Église luthérienne, ni les orgues, ni les instruments de musique, ni les chœurs professionnels n’ont disparu. Ceci a permis une très riche production musicale religieuse aux XVIIe et XVIIIe siècles (Schütz, Bach, etc...). Il y aura 5 000 chorals au temps de Jean-Sébastien Bach. En reprenant des chorals dans ses Passions, Bach n’a pas inventé les mélodies, il les a harmonisées.

- Seid froh dieweil,
- Dass euer Heil
- Ist hie ein Gott und auch ein Mensch geboren,
- Der, welcher ist
- Der Herr und Christ
- In Davids Stadt, von vielen auserkoren.

- Soyez joyeux maintenant,
- De ce que notre salut
- Est né ici, Dieu et homme,
- Celui qui est
- Le Seigneur et le Christ
- En la ville de David, élu par un grand nombre.

PDF - 168.7 ko
Partition