GIF - 2 ko
Pavane Op.50
MP3 - 4.7 Mo
Soprano
MP3 - 4.7 Mo
Alto
MP3 - 4.7 Mo
Ténor
MP3 - 4.7 Mo
Basse
PDF - 107 ko
Partition

- C’est Lindor, c’est Tircis et c’est tous nos vainqueurs !
- C’est Myrtille, c’est Lydé ! Les reines de nos cœurs !
- Comme ils sont provocants ! Comme ils sont fiers toujours !
- Comme on ose régner sur nos sorts et nos jours !

- Faites attention !
- Observez la mesure !
- Ô la mortelle injure !
- La cadence est moins lente !
- Et la chute plus sûre !

- Nous rabattrons bien leurs caquets !
- Nous serons bientôt leurs laquais !
- Qu’ils sont laids ! Chers minois !
- Qu’ils sont fols ! Airs coquets !

- Et c’est toujours de même, et c’est ainsi toujours !
- On s’adore ! On se hait ! On maudit ses amours !
- Adieu Myrtille, Eglé, Chloé, démons moqueurs !
- Adieu donc et bons jours aux tyrans de nos cœurs !

Poème de Robert de Montesquiou-Fezensac (1855-1921)

Cette oeuvre fut à l’origine composé pour un petit orchestre, sans choeur. Dédicacée à la comtesse Elisabeth Greffuhle, le compositeur ajouta, à la demande de cette dernière, un choeur sur un texte de Robert de Montesquiou-Fezensac, cousin de celle-ci.

L’oeuvre est crée en 1888 et a joui depuis d’un succès ininterrompu. Fauré la réutilisera en 1918 dans la musique de scène de Masques et Bergamasques op. 112.