GIF - 1.8 ko
Didon et Enée de Henry Purcell
En Une |

Pour acheter vos billets pour les concerts des 5 et 6 juin 2017, c’est par ici (ou ci-dessous)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« L’Autre est en état de perpétuel départ, de voyage. Il est par vocation migrateur, fuyant. Je suis, moi qui aime, sédentaire, immobile, en attente, en souffrance, comme un paquet dans un coin perdu de gare »
(R. Barthes, Fragments du discours amoureux)

PNG - 84.1 ko

Carthage, actuellement Tunis.
Carthage : son port, son palais, ses vallons verdoyants.
Carthage : brève escale sur la route du héros troyen vers sa glorieuse pétrification italienne. L’Ailleurs exotique comme non-lieu, entre-deux : salle d’attente hantée d’errances.

Enée est bien ce migrant en transit, réfugié sans refuge ni foyer, toujours-déjà en partance : naufragé de l’Être, à la dérive (What shall lost Aeneas do ?) Face à lui, Didon est présence endeuillée, au bord du gouffre, enfermée dans le petit théâtre des crocodiles. Radeau troué de nuit : le vide s’étend à ses pieds, qu’elle a rempli de larmes.

Tout est déjà consommé, dès le commencement. Tout est déjà joué et se ressasse inlassablement dans cet adieu arrêté. Temps circulaire, immobile, suspendu. La tragédie qui s’y noue – l’épopée un instant stoppée dans sa course – ne tient pas de la mécanique implacable d’une quelconque machine infernale. Ici, la tragédie se donne comme fuite : départ et égouttement, obsédant et obstiné. Elle s’érige lentement, sourdement, dans les plaintes de Didon : concrétion de néant, bloc d’abîme à qui le théâtre seul donne chair et image.

Dans cette tragédie réduite à l’os, les dieux se sont fait ombres, le destin masque. Marionnettes ventriloques manipulées par d’invraisemblables sorcières, auxquelles il serait vain de donner un visage : elles sont l’Autre et l’Envers, projections fantasmatiques du mal que chacun porte en soi. Miroirs à peine déformants d’un public glouton de larmes, mais qui détourne timidement les yeux quand le malheur frappe à sa porte et s’échoue sur ses plages. L’enfant pour seul témoin. Remember me.

Acheter vos billets en ligne ci-dessous :

Vente de billets en ligne