GIF - 2 ko
Abendfeier in Venedig

Clara Schumann avait l’habitude d’offrir à son mari des cadeaux d’anniversaire particuliers : elle composait généralement des pièces à cette occasion pour le plus grand plaisir de son mari. Abendfeir in Venedig fait partie d’un recueil de trois chœurs composés en 1848 sur des poèmes de Emanuel Geibel (1815 – 1884) pour les 38 ans de Robert Schumann. La pièce fut crée par le choeur que dirigeaient Robert et Clara à Leipzig : les choristes travaillèrent en secret sous la supervision de Clara pour offrir cette belle surprise à Robert, sous forme de sérénade, le matin de ses 38 ans.

- Ave Maria ! Meer und Himmel ruhn,
- Von allen Türmen hallt der Glocken Ton,
- Ave Maria ! Laßt vom ird’schen Tun,
- Zur Jungfrau betet, zu der Jungfrau Sohn,

- Des Himmels Scharen selber knien nun
- Mit Lilienstäben vor des Vaters Thron,
- Und durch die Rosenwolken wehn die Lieder
- Der sel’gen Geister feierlich hernieder.

- O heil’ge Andacht, welche jedes Herz
- Mit leisen Schauern wunderbar durchdringt !
- O heil’ger Glaube, der sich himmelwärts
- Auf des Gebetes weißem Fittig schwingt !

- In milde Tränen löst sich da der Schmerz,
- Indes der Freude Jubel sanfter klingt.
- Ave Maria ! Erd’ und Himmel scheinen
- Bei diesem Laut sich liebend zu vereinen.

- Ave Maria ! Mer et ciel se reposent.
- Toutes les cloches résonnent.
- Ave Maria ! Abandonnez vos labeurs ici-bas,
- Priez la vierge et son fils !

- Les armées célestes s’agenouillent maintenant
- Portant des lys devant le trône du père,
- Et à travers les brumes des roses nous parviennent
- Les chants solennels des âmes bienheureuses.

- Ô recueillement divin qui saisit de son mystère
- Chaque cœur avec un doux frisson.
- Ô sainte foi, qui sur les ailes blanches de ses prières,
- S’élance vers les cieux.

- Là la douleur s’épanouit en tendres larmes
- Pendant que la joie jubilatoire résonne doucement.
- Ave Maria ! Par ce chant il semble
- Que terre et ciel s’unissent en amour.