GIF - 2 ko
Fair Phyllis

C’est ce madrigal qui est de nos jours son œuvre la plus célèbre. Le poème raconte une charmante pastorale et le compositeur illustre de nombreux éléments du poème (anonyme) par des effets musicaux : la solitude de Phyllis, au premier vers, est figurée les sopranos seules ; le troupeau des moutons par toutes les voix chantant ensemble et la recherche d’Amyntas par un triple canon entre les trois voix supérieures... Tout ceci contribue à donner à ce madrigal une fraîcheur et une légèreté irrésistible. Il est à remarquer qu’à l’époque, ces madrigaux étaient chantés uniquement par des voix d’hommes.

MP3 - 1.3 Mo
Soprano
MP3 - 1.3 Mo
Alto
MP3 - 1.3 Mo
Ténor
MP3 - 1.3 Mo
Basse
PDF - 112.8 ko
Partition

- Fair Phyllis I saw sitting all alone
- Feeding her flock near to the mountainside.
- The shepherds knew not whither she was gone,
- But after her lover Amyntas hied.

- Up and down he wandered whilst she was missing ;
- When he found her, O then they fell a kissing.

- Je vis la belle Phyllis assise toute seule
- En train de nourrir son troupeau près du versant de la
montagne.
- Les bergers ne savaient pas où est-ce qu’elle était allé,
- Mais son amant Amyntas parti à sa recherche.

- Il erra partout tandis qu’elle était absente ;
- Quand il la trouva, Ô alors, il s’embrassèrent.