GIF - 2 ko
Cerisier rose et pommier blanc

Nous interprétons cette chanson dans un arrangement pour chœur mixte à quatre voix de Christian Gouinguené.

- Quand nous jouions à la marelle
- Cerisier rose et pommier blanc
- J’ai cru mourir d’amour pour elle
- En l’embrassant.

- Avec ses airs de demoiselle
- Cerisier rose et pommier blanc
- Elle avait attiré vers elle
- Mon cœur d’enfant.

- La branche d’un cerisier
- De son jardin caressait
- La branche d’un pommier
- Qui dans le mien fleurissait.

- De voir leurs fleurs enlacées
- Comme un bosquet de printemps
- Nous vint amours la pensée
- D’en faire autant.

- Et c’est ainsi qu’aux fleurs nouvelles
- Cerisier rose et pommier blanc
- On fait un soir la courte échelle
- A nos quinze ans.

- Non, non, ne dites pas qu’à son âge
- Vous n’étiez pas si volage,
- Non, non, quand deux lèvres vous attirent
- J’en sais peu qui peuvent dire non.

- Mais un beau jour les demoiselles,
- Frimousse rose et voile blanc
- Se font conduire à la chapelle
- Par leur galant.

- Ah ! quel bonheur pour chacun
- Le cerisier tout fleuri
- Et le pommier n’en font qu’un
- Nous sommes femme et mari.

- De voir les fruits de l’été
- Naître des fleurs du printemps
- L’amour nous a chuchoté
- D’en faire autant.

- Si cette histoire est éternelle

- Pour en savoir le dénouement
- Apprenez-en la ritournelle
- Tout simplement.

- Et dans trois ans trois bébés roses
- Faisant la ronde gentiment
- Vous chanteront cerisier rose
- Et pommier blanc